Drapeaux et bannières

 

Pour la quatorzième année consécutive, nous vous présentons un aspect de notre commune. Cette fois-ci, il s’agit des drapeaux et bannières
Drapeaux et bannières appartiennent aux représentations figurées, sources iconographiques  permettant d’identifier un groupe : pays, régiment, société, paroisse, etc. À l’échelle de Saint-Martin-aux-Buneaux, ils ont forgé l’identité de notre village en renforçant le sentiment d’appartenance.

Le drapeau est une pièce d’étoffe souvent rectangulaire attachée à une hampe. Il permet, grâce à ses couleurs et à son emblème, de se distinguer lors de cérémonies.

Le drapeau des anciens combattants de la Première Guerre mondiale

C’est un drapeau tricolore avec franges bouillon or. Sur l’endroit, on peut lire en lettres d’or : Association des Anciens Combattants de Terre et Mer / 1914-1918 / St Martin-Aux-Buneaux.

Le drapeau des anciens combattants actuel

Il est en coton avec broderies en lettres d’or. Sa forme est celle du standard national bleu-blanc-rouge à laquelle sont ajoutées les inscriptions suivantes : 1914-1918 / 1939-1945 / Algérie / Tunisie / Maroc.
Au tissu est associée une hampe terminée par un fer de lance en bronze qui souligne l’aspect solennel de l’étendard. Une cravate tricolore orne cette lance.

L’ancien drapeau du Comité de la Saint-Pierre

Il est bleu-blanc-rouge avec en son centre le Sacré-Cœur (cœur enflammé et saignant surmonté d’une croix), emblème catholique qui fut notamment utilisé par les Chouans et les Vendéens.

Le drapeau du Comité de la Saint-Pierre actuel

C’est un drapeau français avec franges bouillon or. Il a pour emblème une ancre et pour inscription Comité des Marins de St Martin Aux Bx. La pointe de la hampe est ornée d’une lance en laiton et d’une cravate à deux pans frangés.

La bannière de procession est une pièce de tissu ornée en broderie d’un décor et d’inscriptions. En forme de rectangle vertical, elle est suspendue à une tringle horizontale elle-même fixée sur une hampe. Elle est parfois complétée sur les côtés par des cordons(1) terminés par des pompons à l’aide desquels on peut la soutenir contre la force du vent.

La bannière de saint Martin

Velours rouge représentant la charité de saint Martin avec les inscriptions Saint Martin priez pour nous. La partie inférieure en trois pointes reprend trois motifs brodés en fil d’or : Fides, Caritas, Spes signifiant Foi, Charité et Espérance. Au verso, on trouve Jésus accueillant saint Pierre dans la tempête.

La bannière de Notre-Dame du Rosaire

Soie à bordure inférieure découpée en trois pointes avec franges en cannetille dorée. Elle représente, dans un ove (ovale), la Vierge du Rosaire tendant un chapelet à saint Dominique en référence à ce dernier qui institua le Rosaire (15 dizaines de prières) au 13e siècle. Au centre, on reconnaît le monogramme A.M. pour AVE MARIA et en périphérie 15 des 20 mystères du Rosaire, parmi lesquels la Nativité, l’Assomption et la Flagellation. Elle porte l’inscription en lettres dorées : Notre Dame du Rosaire priez pour nous.
Au 18e siècle, pour raviver l’usage du Rosaire, l’Eglise encouragea la création de confréries du Rosaire qui organisaient des processions au cours desquelles on récitait le chapelet en marchant derrière une bannière. Une telle confrérie devait exister dans la paroisse de Saint-Martin puisque huit tuniques de confrérie figurent à l’inventaire des ornements sacerdotaux.

La bannière du Réveil de Saint-Martin

Elle est en velours rouge avec bordure dorée et frange en cannetille dorée dans sa partie inférieure. De chaque côté pend un cordon avec pompon et au centre figurent plusieurs motifs brodés : un tambour et deux trompettes croisées. L’inscription Le Réveil de St Martin 1921 encadre les instruments de musique. En revanche, ici, on ne trouve pas de médaille de concours suspendue à la hampe, comme c’est souvent le cas pour les sociétés musicales.
Le port du drapeau ou de la bannière, en dépit de la difficulté, poids et effets du vent, sur de longues distances est un honneur, réglé par les traditions locales parfois difficiles à organiser(2).

Le Réveil de Saint-Martin dans la cour de l'école des garçons


(1) Autrefois, tenir les cordons du poêle, c'était tenir les cordons reliés au drap funéraire qui recouvrait le cercueil.
(2) D’où l’expression d’origine italienne C’est la croix et la bannière évoquant la difficulté pour préparer une procession en ménageant toutes les susceptibilités.

 

Les porte-drapeaux lors de la Saint-Pierre des marins :
Gérard Bosquet (ancien combattant) et Gérard Bruneau (Comité de la Saint-Pierre)

Michel Toutain, porte-drapeau des anciens combattants

Patrick Lebourgeois, octobre 2014